Découvrez la folle histoire d’amour entre Jeannot et Jeannette !

[sociallocker]
Imaginez maintenant qu’au moment où ces 2 personnes se rencontrent, il y a le gars qui est prêt à s’engager à 100% dans une relation amoureuse, il est chaud patate et chaud cacao car il sent dès le début que cette fille là mon vieux elle est terrible. C’est la bonne. Sur 3 milliards de filles sur Terre, c’est celle-là, et pas une autre, qu’il a choisi.

Comment il sait cela le Jeannot ? Tout simplement parce qu’il sait écouter son cœur, et non sa tête. Il ne sait pas qu’il est amoureux de cette nana. Il le sent, il le ressent de tout son être, de toutes ses tripes.

Dès les premiers échanges, ces 2 personnes se vouent une confiance mutuelle spontanée et naturelle. A tel point qu’ils parlent d’entrée de jeu de leur intimité, de leurs ressentis, de leurs expériences personnelles, de leurs relations sexuelles…

Un truc de dingue !

Sauf que le hic, c’est que la nana, elle est pas encore prête. Pourquoi ? Il y a 2 raisons :

  1. la première, c’est qu’elle éprouve des sentiments réciproques pour le gars mais elle se voile la face car elle a peur
  2. la deuxième, c’est qu’elle est pas disponible pour l’instant car elle est déjà en couple, elle n’est donc pas célibataire

Au début de leur relation, la nana ne dit pas au gars qu’elle est en couple. Les 2 compagnons décident de partir ensemble en voyage. La nana finit par lui dire avant de partir qu’elle est en couple.

Le pauvre Jeannot se retrouve frustré, mais reste déterminé. Au cours du voyage, Jeannot dit à Jeannette qu’il éprouve des sentiments forts pour elle, mais elle, la nana, lui dit le contraire. T’es un chou mon Jeannot mais ce n’est pas réciproque, et puis je suis en couple mon loulou.

Le Jeannot, tout penaud, comprend, et le voyage continue. A la fin du voyage, Jeannette décide de prendre une décision. Elle aime bien Jeannot mais la pauvre se retrouve le cul entre 2 chaises, entre son copain, et son Jeannot. Et vu qu’elle a peur des sentiments qu’elle éprouve pour Jeannot, elle préfère choisir la solution de facilité.

Elle décide donc de couper les ponts avec Jeannot. Le pauvre Jeannot comprend et la laisse tranquille. Il repart donc la queue entre les jambes.

Presque 1 an passe, chacun a fait son bout de chemin. Soudain, un nouveau rebondissement a lieu. Jeannot est en voyage (oui car il voyage beaucoup le Jeannot), quand tout à coup, il lit ses mails et s’aperçoit que Jeannette lui a écrit un mail.

Le pauvre Jeannot n’en revient pas. Il ne s’attendait vraiment pas à ce genre de nouvelles. Mais comment est-ce possible ? Le bougre ne savait plus quoi en penser…

Jeannette trouvait dommage de ne plus être en contact avec Jeannot alors elle souhaitait renouer contact. Le pauvre Jeannot ne savait vraiment pas quoi faire, ni quoi répondre.

Il décida alors de s’accorder le temps de la réflexion. Au bout de quelques jours, il décida de lui répondre avec son cœur. Sa tête lui disait “attention mon Jeannot, ne lui réponds pas, ne renoue pas contact, cette fille là risque de te faire souffrir, c’est une psychopathe”. Mais son cœur lui disait de lui accorder une seconde chance.

Alors Jeannot décida de trouvait un compromis entre sa tête et son cœur. Il répondit à Jeannette qu’il acceptait de la revoir, et serait très heureux, mais… (car il y a forcément un mais, faut pas déconner quand même) il le ferait avec plus de recul et de distance.

Autrement dit, Jeannot acceptait de renouer contact avec Jeannette, mais en changeant complètement son approche de la relation.

Jeannette était vraiment contente de prendre connaissance de sa réponse. Elle s’empressa de lui communiquer de nouveau ses coordonnées. Jeannot la recontacta donc, mais en y mettant une sérieuse réserve. Normal, il est prudent le Jeannot !

Pendant un certain temps, Jeannette n’arrêta pas de proposer à Jeannot de se voir. Mais Jeannot n’insista jamais, car il ne voulait pas faire 2 fois la même erreur. De plus, Jeannot n’avait plus envie que Jeannette passe en priorité dans sa vie. C’est compréhensible non ?

Article recommandé :   Saint Valentin : voici des idées cadeaux originales et surprenantes

Seulement, Jeannette n’arrêtait pas de relancer Jeannot car elle mourrait d’envie de le revoir. Jeannot faisait exprès de fruster Jeannette car il voulait inverser les rôles. Il voulait appliquer désormais le proverbe “suis là, elle te fuie, fuie là, elle te suie”. Et cela fonctionnait à merveille !

Un jour, comme par magie, Jeannette perdu son emploi et dit à Jeannot qu’elle était désormais encore plus disponible. Sacré Jeannette ! Face à un tel engouement, Jeannot finit par céder et accepta de rencontrer de nouveau Jeannette. Seulement, cette fois-ci, c’est lui qui posait les conditions. C’est lui qui lui faisait part de ses disponibilités. Bref, le jeu s’était inversé, c’est désormais lui qui avait les cartes en main. Sacré Jeannot ! C’est ce qui s’appelle un magnifique retournement de situation.

Vient alors le moment où Jeannot et Jeannette se rencontrèrent de nouveau. Jeannot à ce moment-là n’avait pour la première fois AUCUNE attente. Il n’attendait vraiment plus rien de cette relation avec Jeannette. Ni envers la vie. C’est qu’en 1 an, il a vécu des sacrés expériences le Jeannot, il a donc appris à lâcher prise.

Les premiers instants de la rencontre entre Jeannot et Jeannette furent plutôt froids, les 2 étaient sur la réserve. Jeannette fit part de son ressenti à Jeannot et lui dis “je te trouve super froid par rapport à avant”. Le pauvre Jeannot dit à Jeannette “ben oui, mais je t’avais prévenu, j’acceptais de reprendre la relation, mais en changeant l’approche, avec beaucoup plus de recul et de distance”.

A ce moment là, Jeannette lui dit un truc du genre “pourquoi ? De quoi tu as peur ?” Alors Jeannot finit par lui dire “écoute, j’éprouvais des sentiments pour toi, ce n’était pas réciproque tu m’as dis, c’est ce qui a créé la malaise dans notre relation, et cela a été la cause de notre séparation. J’ai peur qu’en me rouvrant à toi, je retombe amoureux, et je ne veux pas prendre de nouveau le risque de recréer ce malaise puisque je sais que tes sentiments envers moi ne sont pas réciproques. Je dois donc me protéger car je n’ai pas envie de souffrir comme la dernière fois, et te perdre de nouveau”.

Jeannette dit alors “Mais t’en sers rien de ce que je ressens pour toi à l’heure actuelle. Les choses ont changé, je suis désormais célibataire et disponible, mais j’ai besoin de temps.”

Au cours de cette discussion, Jeannette finit par lâcher le morceau et fit comprendre à Jeannot qu’elle avait des sentiments pour lui. Le pauvre Jeannot était complètement chamboulé et sérieusement perturbé, il ne s’attendait pas du tout à ce genre de situation.

En vérité, Jeannot ne comprenait pourquoi Jeannette se prenait autant la tête que cela. Pour Jeannot, c’est très simple : c’est blanc ou noir, c’est du lard ou du cochon. Il fonctionne en langage binaire le Jeannot. Car il est entier le Jeannot, il est pur. Il ne sait pas faire les choses à moitié.

Mais, dans le monde de Jeannette, cela semblait beaucoup plus compliqué et confus.

Fort de cette information en sa possession, Jeannot prit alors les devants et décida d’embrasser Jeannette. Finalement, Jeannot et Jeannette se mirent à sortir ensemble. Seulement, Jeannette veut prendre le temps car elle a toujours peur des sentiments qu’elle éprouve pour Jeannot, car elle n’a jamais ressenti cela auparavant, pour Pierre, Paul et Jacques.

Donc, pour Jeannette, elle ne se considère pas encore en couple avec Jeannot. Jeannot comprend ce que ressent Jeannette, il lui laisse donc le temps nécessaire. Mais, au fond de lui, il est frustré le Jeannot. Car, le fait que Jeannette lui dise qu’ils ne sont pas en couple, ca lui fait mal à Jeannot. Mais il s’efforce d’accepter par amour pour Jeannette.

Ce que Jeannot ne comprend pas, c’est comment il est possible de se prendre autant la tête. Tout est tellement plus simple en écoutant son cœur.

Le Jeannot, il écoute tellement son cœur qu’un jour, il décida de faire part à Jeannette de son jardin secret. Pour Jeannot, c’est la plus belle preuve d’amour qu’il puisse lui donner car il ne l’a jamais fait auparavant. Et on ne rentre pas comme cela dans le jardin secret de Jeannot, il faut que la personne soit digne de confiance, d’écoute et compréhension.

Article recommandé :   Phobie sociale : découvrez ma méthode en 4 étapes pour s’en débarrasser définitivement

C’est parce qu’il a senti que Jeannette était suffisamment réceptive et attentive, différente des autres, qu’il décida de se mettre à nu pour elle et fit tomber les masques.

Seulement, avant d’en arriver là, Jeannot du faire un choix. Ecouter son cœur ou sa tête. Au moment où il voulait tout dire à Jeannette, sa tête s’offusqua violemment et lui dit “mais t’es malade ou quoi ? T’es complètement timbré ? T’as fumé un arbre ou quoi ? T’es complètement givré du ciboulot ? On t’a pressé le citron ou quoi ? Tu veux un cheeseburger et un coca ? Si tu lui dis tout, tu risque de te faire rejeter et ne plus être aimé”.

Mais Jeannot n’en pouvait plus de vivre dans le mensonge et garder tout ceci pour lui. Il aimait tellement cette fille, qu’il décida de lui montrer qui il était réellement. Il était prêt, par amour, à prendre le risque de la perdre, pour qu’il sache qu’elle aime pour ce qu’il est, et non pour ce qu’il paraît être.

Il écouta alors son cœur et répondit à sa tête “tu m’emmerdes, ferme là maintenant. Je décide de prendre le risque, c’est tout.” Et il a bien fait le Jeannot, car la chance sourit aux audacieux.

Jeannette apprécia sincèrement ce geste de sincérité et d’amour. Mais Jeannette reste encore pudique envers Jeannot.

La morale de cette histoire d’amour

histoire d'amour cœur nuage

Alors, cette histoire vous a plus ? Le problème, c’est que Jeannette n’est peut-être pas honnête envers Jeannot et envers elle-même, elle continue peut-être à se voiler la face et se raconter des histoires.

Le problème, c’est que Jeannot est encore une fois mal à l’aise dans cette relation. Même si il est heureux de l’évolution positive que prend la tournure de la relation, il sait que ceci reste encore ambigu. Ce n’est pas clair. Pour Jeannot, il faut que tout soit limpide comme de l’eau de roche.

Avant, Jeannot se retrouvait au milieu d’une relation triangulaire entre Jeannette et son copain. Il y avait donc un malaise évident. Cette fois-ci, c’est différent, mais au fond, pour Jeannot, c’est juste la perspective qui a changé. Un simple effet de perspective et d’angle d’approche. Le malaise est toujours là car la vérité est que Jeannette ne sait pas ce qu’elle veut.

Pourquoi ? Parce que Jeannette a peur. Elle a peur de l’échec. Peur de la réussite. Peur d’être heureuse, peur d’être épanoui.

Le problème, c’est que c’est culturel. En France, la culture de l’échec règne en maître. Dès l’enfance, à l’école, on apprend à punir quand l’enfant fait une erreur. Même au niveau de l’éducation parentale. Si le gamin fait ceci ou cela qui dérange ou est contraire aux mœurs de l’époque (car le fond du problème, en vérité, il est là), alors il ets réprimandé car c’est pas bien.

On apprend à un drôle la notion de bien et mal à sa plus “tendre” enfance, on lui inculque cette putain de dualité.

Désolé pour ceux et celles qui seraient trop puritains, à ceux qui ont un balai dans le cul et qui trouve mon discours peu orthodoxe, passez votre chemin, je ne suis pas ici pour réciter une évangile, et je ne suis pas né pour plaire.

Le problème, ce que beaucoup ne savent pas, c’est l’existence des 3 cycles. La vie toute entière est régie par les cycles. Au niveau du développement humain, il y a 3 principaux cycles de 7 ans chacun. L’enfant passe donc par 3 stades successifs :

  1. le développement émotionnel de 0 à 7 ans
  2. le développement mental de 7 à 14 ans
  3. le développement physique de 14 à 21 ans

Vivre dans le moment présent, pratiquer la pleine conscience, c’est faire l’expérience simultanément de ces 3 domaines à chaque instant de la vie.

Le problème, c’est que la majorité des adultes, par effet de conditionnement à l’enfance, cesse leur développement émotionnel à 7 ans. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on dit “confie moi un enfant jusqu’à l’âge de 7 ans et j’en ferais ce que tu veux jusqu’au restant de sa vie”. Car le gamin jusqu’à 7 ans intègre à plein badin les émotions de son environnement, mais ne sait pas encore faire preuve de discernement.

Article recommandé :   Adam et Eve : mon avis sur la boutique de sextoys et lingerie sexy

Et comme dans ce monde, on raffole de manipulation et de stratégie du mouton, on nous laisse nous enseigner comment aimer. C’est quand même un truc de dingue quand on y pense. Apprendre à aimer.

On apprend donc à l’enfant qu’échouer, c’est la loose, ca craint du boudin. Bouh le vilain garçon. On apprend aussi à l’enfant à être sado masochiste. Oui oui, n’ayons pas peur des mots. Appelons un chat un chat.

Apprendre à un gamin comment il doit se comporter dans les relations en reposant sur une structure de base conditionnelle de type “si ton partenaire fait ca, alors tu fais ca, sinon tu fais ceci”, pour moi c’est comparer l’humain à un vulgaire robot et le pervertir dans l’induction de schémas émotionnels voués à l’échec, puisque reposant sur un lien de réciprocité complètement fumeux et illusoire.

Bref. En France, on n’incite pas les jeunes à réussir, à être fier de leurs réussites (je vous rassure, il ne doit certainement pas y avoir qu’en France, mais bon dans ce pays on est quand même champion dans ce domaine). Tu dois être un winner mon fils. Ouais, sauf que ce que tu sais pas fifi brindacier, c’est qu’au States, les mecs, avant qu’ils arrivent au résultat escompté et qu’ils réussissent, ils ont échoué 100 fois tu vois.

Forcément, les médias et la TV ne vont pas s’attarder sur leurs échecs car faut faire de l’audience, faut faire de la tunes, et les réussites clinquantes, c’est la classe non ? Oui, sauf que cela ne reflète qu’une infime partie de la réalité, et de ce fait, c’est complètement erroné. C’est juste voir un seule côté d’une pièce, de la médaille.

Quand on construit une baraque, le plus important, ce n’est pas la maison finie. C’est chaque moment passé à monter les parpaings. C’est ce critère, et uniquement, celui-ci qui détermine le prix et donc la valeur de la maison.

Ce qui importe dans un voyage, ce n’est pas la destination, mais le voyage en lui-même.

Alors, déjà que la majorité des gens ont peur de l’échec. En plus, il flippent de réussir et être heureux. Le pire, c’est que cet état est considéré comme la “norme” dans une société dite “civilisée”. Vous trouvez normal de penser qu’il est dangereux d’être heureux ???

Remarque, c’est sûr, que par effet de comparaison, cela peut être flippant. Vous imaginez, se PERMETTRE d’être heureux alors que 99% des gens sont flippés et malheureux ?

C’est vrai quoi, après tout, ces gens pourraient être jaloux de votre bonheur, il pourraient tenter de vous le piquer. Oh les coquins.

Pour en revenir à Jeannette, si elle allait voir une sophrologue et qu’elle écoutait, la sophrologue lui dirait en séance sûrement un truc du genre “JUST DO IT !!! Juste fait le ! Ne te pose pas de questions, arrête de te poser des questions. Profite du moment présent. Tu affirmes profiter du moment présent, mais c’est faux. Car vivre le moment présent, c’est justement vivre en harmonie avec son cœur, et non avec sa tête. C’est vivre à l’intuition, et non à la réflexion.

Ose être heureuse, permet toi d’être heureuse. Autorise toi à être heureuse. Tu as le droit d’être heureuse. Arrête de raisonner avec des “si” illusoires, tu ne sais pas ce qui peut ou va se passer tant que tu ne l’expérimentes pas alors aie confiance, aie confiance en la vie, aie confiance en lui, aie confiance en toi.

Lâche prise dans la confiance. Ecoute ton cœur. Ecoute ce que tu ressens. Et si, et si… et si tu te permettais d’être heureuse tout simplement ?”
[/sociallocker]