Voyage Thaïlande : Bangkok

6 Février 2014 : Bangkok

Une fois récupéré les bagages, on ne savait pas encore où aller car on a décidé de venir ici sur un coup de tête sans même connaître le pays.

Nous sommes venus à « l’arrache », sans guide du routard.

En plus, on est en période d’instabilité politique, il y a beaucoup de manifestations.

Nous avons rencontrés des français à l’aéroport dont une qui allait comme nous a khasoan road (sur conseil de ma tante).

Nous avons pris avec elle le même taxi pour partager les frais.

Nous sommes tombés sur un chauffeur hystérique qui n’arrivait pas à s’accorder avec nous sur le prix du trajet.

Les thaï ont un drôle d’accent anglais, on dirait des colériques. Le chauffeur a fini par se calmer ensuite et nous a déposé à destination.

Arrivés à Khasoan Road, nous avons bu un coup et avons recherché une guesthouse répertoriée sur le guide de la française.

Nous avons pas mal marché sous la chaleur, je transpirais, j’avais hâte d’arriver.

Sur le chemin, beaucoup de nourritures variées, comme un marché de rue. C’est appréciable et différent de ce qu’on voit en France.

On peut manger dans la rue et en plus les vendeurs ne viennent pas ici te quémander, ça change de l’Inde.

Après ce long trajet à pied à la recherche d’une nuit pour dormir, nous sommes arrivés à la guesthouse.

Il n’y avait que des français… quelque part ça ne m’enchantait pas car il n’y avait pas de totale immersion… mais pour autant nous avons eu une chambre très sympa pour dormir, douche et wc communs mais très propre.

Article recommandé :   Voyage Pérou : Arequipa

Après je me suis éclipsée seule pour faire un tour au marché pas loin et m’approprier les lieux que m’offraient la ville.

Le marché était couvert, la nourriture était variée, beaucoup de poissons, serpents, grenouilles, chicken, fruits… Je me sentais vraiment bien dans ce marché.

J’ai croisé un monsieur sur le chemin qui avait le sourire, il m’a fait goûter une banane super bonne, j’ai rigolé avec lui et d’autres commerçants et j’ai poursuivi mon chemin.

Au départ, j’avais le mal du pays et voir des français ça ne me motivais pas… en plus je passais moins de temps avec ma flamme jumelle.

A côté, j’ai ressenti que j’avais des choses à apprendre dans ce pays.

Nous avons pu récupérer ce jour-là par synchronicité un guide du routard français.

J’ai déposé pour la première fois du voyage mes vêtements dans une laverie !!! J’ai dormi longuement jusqu’à 10h du matin.

non ante. neque. Sed consequat. commodo Praesent venenatis, et, id, elit.