Voyage Inde : Allepey – Varkala

02 Février 2014 : Allepey – Varkala

Réveil 7h, on a admiré le lever de soleil depuis la cuisine pour admirer le ciel rose à l’aube.

Pendant notre déjeuner, le bateau faisait retour à l’entrée du circuit.

De nouveau sur la terre ferme, nous avons pris un touc touc en direction de la gare de bus pour partir directement à Varkala sans perdre de temps dans la ville.

La ville de Quillon, hormis les backwaters, n’est pas très intéressante.

Le guide du routard nous a poussé à aller à Varkala, ville connue pour ces belles plages de sable noir et ses falaises.

Nous devions attendre à la station de bus pendant 1h, et un mexicain a croisé notre chemin et nous a proposé d’aller à cette même destination en taxi.

Au départ nous avons refusé car le bus coutait 80 RS contre 2500 RS le taxi, mais le mexicain a insisté en nous disant que, quoi qu’il arrive, il prenait ce taxi donc ça ne changeait rien.

Il s’appelait Poncho, très sympa. Nous avons mis 3h et sommes arrivés à Cliff, ville accolée à Varkala.

A première vue, ça semblait sympa, touristique, mais il faisait encore plus chaud que les autres lieux où on avait été.

Nous avons recherché tout d’abord une guesthouse, pour 600rs, le confort était correcte avec un balcon.

Nous avons ensuite fait quelques kilomètres en pleine chaleur pour trouver des fruits car on ignorait où on pouvait en trouver, on suait beaucoup.

Sur le chemin, on s’est aperçu que les guesthouses autour étaient moins chères… Et au final, on a trouvé des bananes pas mûres… Y a des jours comme ça

L’après-midi, direction la plage qui était très touristique.

IL y avait beaucoup de courant dans la mer, les surveillants avaient du travail, les vagues étaient grosses et l’océan ici était déchaîné.

La différence entre les autres plages, c’est que les autres c’était la mer…

Nous avons marché pour explorer les plages voisines, nous étions parfois obligés de grimper des rochers rouges à cause de la présence de falaises.

Dans les plages accolées, il n’y avait aucune surveillance.

C’est étrange à Varkala, d’un côté il y a les touristes et plus loin, c’est des espaces plutôt réservés aux hindous qui se baignent habillés.

C’est la première fois que l’on voit autant de femmes hindoues se baigner le pied en restant habillée.

A Goa, il n’y avait aucune femme qui se baignait, on ne voyait que les hommes en marcel et en slips.

En revenant des rochers, j’ai commencé à avoir des lancées dans ma tête et j’avais mal au ventre comme s’il allait éclater.

Après, nous nous sommes baignés et j’ai dû aller précipitamment à la chambre car j’étais malade, je faisais des malaises, j’ai pris des médicaments et j’ai dormi.

Ma flamme jumelle s’inquiétait pour moi de ne pas me voir revenir mais mes baisses de tension ne me permettaient pas de marcher.

Le sommeil a été réparateur et nous sommes allés ensuite réserver notre billet d’avion pour la Thailande car Varkala était notre dernière étape.

Article recommandé :   Voyage Inde : Jaipur - Mumbay

Dans le cyber café, je continuais à avoir des malaises. Puis, au restaurant, je me sentais mieux.

Le soir, depuis le balcon, nous pouvions assister à un spectacle musical à proximité.

Je sentais que la fin du voyage en Inde s’approchait et j’avais besoin de sortir de ce cadre car je ressentais une sensation d’oppressement d’où pourquoi j’étais certainement malade.

On avait hâte d’aller à l’aéroport car cette sensation là encore d’avoir fait le tour de pays était encore présente.

Y’en a marre des rabatteurs omniprésent partout, on se répète tout le temps, même si on devient des pros dans la négociation.

Aujourd’hui, il est temps de respirer un nouvel air, découvrir encore d’autres cultures, de nouveaux paysages.

Aujourd’hui, c’est la première fois que j’ai eu un conflit avec Loulou et ça ne me fait pas plaisir.

03 Février 2014 : Varkala

Aujourd’hui, nous avons changé de guesthouse car nous avions repéré la veille une guesthouse encore plus confortable à moindre coût avec une grande chambre spacieuse.

L’après-midi, nous avons eu un massage ayurvédique le « shiro dara » : ce massage se fait dans de l’eau froide avec des huiles essentielles qui coulent sur le front et les cheveux via un bol installé au-dessus de la tête.
Ce massage n’est pas vraiment relaxant, nous étions déçus avec Loulou pour une région qui est spécialisée dans l’ayurvédique.

A 17h, nous sommes allés à la plage profiter des grosses vagues impressionnantes, nous avons bien rigolé.

On était très stylé avec une nappe en plastique en guise de serviette de bain.

En fin d’après-midi, nous avions rendez-vous chacun notre tour à une séance de reiki. J’ai beaucoup aimé le maître reiki qui me l’a fait, je ressentais de belles énergies.
J’avais une entière confiance en lui, et j’étais ravie de cette expérience.

Loulou était moins convaincu de sa séance.

Le soir, nous avons été au restaurant en terrasse pour manger du calamar malabari et du banofee pie.

4 Février 2014 : Varkala – Trivandrum

Dernière journée en Inde : Check out à 11h de la guesthouse mais nous avons déposé nos sacs à dos à la consigne pour les faire garder la journée.

Nous en avons profité pour nous balader en longeant les falaises. C’était vraiment magnifique, l’association des couleurs entre les paysages et la couleur du sable.

En revanche, la chaleur avait atteint son maximum, le climat était très humide et c’était dur de marcher en ce temps, on sentait qu’on perdait toute notre eau.

Sur le chemin de retour de la falaise, nous nous sommes installés dans un restaurant pour se rafraichir, manger, face à la mer, en attendant 16h.

Nous avons ensuite récupéré nos affaires et sommes partis prendre un touc touc en direction de la station de train.

Ensuite, nous avons pris le train à destination de Trivandrum.

Arrivés dans ce lieu, il y avait beaucoup de monde, c’était impressionnant la foule. J’ai failli perdre Loulou en chemin.

Article recommandé :   Voyage Pérou : Nazca

En prenant ensuite un touc touc pour aller au Terminal 1 de l’aéroport domestique, nous nous sommes rendus compte que le touc touc nous avait déposé au mauvais aéroport, c’était un aéroport international !

Nous avons donc été obligés de chercher un autre touc touc pour aller dans le bon aéroport !

Arrivés au bon aéroport, pensant que nous allions y dormir, l’agent de contrôle à l’entrée nous a dit que l’aéroport fermait à 22h et réouvrait à 4h du matin.

Nous étions en colère, et avons du marcher un bon moment pour chercher un endroit où dormir dehors.

Avec de la persévérance, nous avons trouvé une plage avec du monde en cette nuit étoilée et nous nous sommes installés sur des bancs en bord de mer.

Je n’ai pas mangé car je n’avais plus de force de porter mon sac à dos, j’étais trempée.

Remarque : on dit qu’en Inde, le soir, c’est dangereux mais pas du tout, généralement il n’y a personne et quand on est deux, les hindous sont impressionnés de nous voir, ils nous laissent tranquille…

Il était 20h et je préférais dormir malgré le bruit même si il y avait des groupes de personnes à côté de moi qui parlaient fort.

J’ai mal dormi avec les moustiques et j’avais du mal à me positionner sur le banc.

A minuit, des agents de contrôle nous ont demandé de quitter les lieux en précisant qu’il était interdit de dormir sur la plage.

Résultat : nous avons fait demi-tour et sommes revenus à l’aéroport pour nous asseoir sur un banc à proximité pour attendre 4h du matin et dormir.

Pendant la nuit, nous avons croisé un conducteur avec son touc touc.

Il a passé une partie de la nuit avec nous car lui aussi s’est fait jeter de l’aéroport en raison de son stationnement à proximité.

On attendait… il faisait chaud et on avait encore le temps, on n’était pas prêt de dormir encore… ce soir-là il n’y avait pas un chat, hormis des chiens qui aboyaient de manière intempestive, et des rats.

05 Février 2014 : Trivandrum – Mumbay (dernier jour en Inde)

Il était 4h du matin, l’aéroport ouvrait enfin ! On était content car ce n’était pas trop tôt et on voulait dormir.

Or, comble du destin, l’agent de contrôle nous a empêché de rentrer car ce n’était pas l’heure de rentrer vu que notre vol n’était qu’à 9h.

Nous avons dû attendre 6h15 pour pouvoir entrer… Une fois rentrés, l’aéroport était désertique, on se serait cru dans une gare désaffectée.

Arrivés à Mumbay vers 11h du matin, en transit pour notre vol vers Bangkok, lorsque l’on a voulu rejoindre notre terminal, l’agent de contrôle là encore nous a refusé l’entrée dans l’aéroport car l’avion n’était qu’à 1h35 du matin.

Autant vous dire que, là , on était très en colère d’autant qu’il n’y avait même pas de commerces à proximité et que la ville de Mumbay était à 40km.

Article recommandé :   Voyage au Pérou, c'est parti mon kiki !!

On a alors pris alors un touc touc pour qu’il nous amène dans un restaurant bon marché le plus proche d’ici. Or ce fou nous a amené dans un hôtel de luxe…

Voyant cela, nous lui avons expliqué que c’était trop chère pour nous et que nous souhaitions un endroit pas chèr, et là, mieux encore, il nous a fait atterrir dans un hôtel*****.
Quand nous sommes arrivés dans la résidence hôtelière, des taxis de luxe arrivaient et les réceptionnistes accueillaient des gens riches.

Tous étaient bien habillés car on était dans une ambiance mondaine. Et nous en touc touc derrière les taxis de luxe, le contraste !!!

En mode pouilleux, en sac à dos sales, vêtements sales, transpiration et ayant dormi dehors la veille…
Le touc touc se foutait de nous et nous a fait sortir à cet endroit… nous avons donc décidé de rentrer dans ce fameux hôtel tel qu’on était… on était au cœur des attentions…
A l’entrée de l’hôtel, on était censé être contrôlé et quand ils nous ont vu ils n’ont même pas daigné nous fouiller, je pense qu’ils en revenaient pas du culot qu’on avait de venir là :)

Quand nous avons regardé le prix des menus, nous avons eu peur et le serveur a halluciné de nous voir là…
nous avons pris une bouteille d’eau et sommes partis à pied sans prendre de taxis…

Nous avons été trouver nous-même un autre restaurant pour y passer l’après-midi en attendant 18h car l’agent de contrôle nous avait dit de revenir à partir de cette heure précise.

On est donc parti du restaurant à 18h voulant tenter d’arriver à l’aéroport et on s’est fait de nouveau jeté car il fallait attendre 21h…
On a donc attendu 3h en plus assis dehors par terre devant l’aéroport, c’était très long…

C’est la première fois qu’on voit qu’un aéroport nous refuse l’entrée à l’intérieur, même pour retirer de l’argent, c’est mémorable…

Nous avions hâte d’arriver en Thaïlande pour pouvoir nous reposer.

Depuis que nous avions quitté Palolem Beach, nos nuits étaient plus courtes.

Il était temps d’être le soir pour dormir dans l’avion !

Arrivés à 21h, nous sommes enfin rentrés dans l’enceinte de l’aéroport, et au moment où nous sommes arrivés à l’enregistrement (après avoir mangé), coup de théâtre, on nous a refusé le vol car on n’avait pas pris un vol de sortie de la Thaïlande…
Obligé d’acheter les vols pour le Népal à prix plein pôt…

Après avoir attendu, passage à la sécurité, on a pris Air India. Départ à 1h35 du matin et arrivée à 7h25. Dans l’avion, le plat était trop bon : poulet, patates, omelette.

Arrivés à 7h à Bangkok.

in sed Lorem dolor. ipsum ultricies dapibus adipiscing commodo nec tempus