Voyage Inde : Agra – Varanasi

8 Janvier 2014 : Agra – Varanasi

Debout 6h30, déjeuner à 7h sur la route en recevant un package de nourriture de l’hôtel, direction Varanasi.

En Inde, on voit souvent des écrits « All is possible » ! Ça fait plaisir à voir !

Sur la route, on a des vues improbables sur des autoroutes très singulières : véhicule à cheval, charrettes, cochons sur l’autoroute, vaches avec une bosse au dos, véhicules accidentés, camions transportant du bétail et personnes, présence de dos d’âne sur l’autoroute, trous partout au sol.

On découvre la vie précaire des hindous au bord des routes. La population est nombreuse dans les véhicules sur les routes.
Les animaux sont cajolés : vaches, cochons, on leur met une couverture dessus parfois, ils sont libre de circuler comme bon leur semble.

Belle leçon de vie : les hindous vivent et s’occupent avec rien et ont le sourire, ils travaillent au ralenti par des tâches simples comme essuyer des assiettes, amener les bagages des touristes etc…

Il y a beaucoup de terres devant leurs habitations recouvrant beaucoup de déchets, détritus, eaux usées.

Il n’existe pas de poubelles, tout se jette dans la rue.

Dans le nord il faut privilégier la sécurité car on est des pompes à monnaie pour les hindous, d’autant que la vigilance est de rigueur car les hindous peuvent t’inviter chez eux, te droguer et te piquer tes papiers et argent, contrairement au Sud de l’Inde où la population est plus ouverte.
Aucune panique à avoir, juste être conscient !

L’eau de l’inde a tendance à piquer quand tu te brosses les dents notamment quand tu n’as pas l’habitude et dans la douche sur certaines parties du corps ça peut arriver, le temps de s’y faire.
Dans cette région il fait chaud la journée et froid la nuit. Même quand il fait froid, les moustiques sont présents et nous piquent.

Article recommandé :   Voyage au Pérou : voici une esquisse de circuit

Sur la route pour Varanasi, on a accompagné le chauffeur boire un thé dans une zone très reculée de la ville : il est interdit dans les campagnes de prendre les hindous femmes en photos.
Le sexisme est encore présent. La femme considérée comme plus faible que l’homme est toujours d’actualité car on considère que nous sommes étrangers et nous pouvons être fou, elles n’osent même pas nous regarder contrairement aux coutumes des villes.

Entre Agra et Varanasi, nous avons fait 12h de route. Sur le chemin, il y avait la présence de beaucoup de cultures agricoles, les femmes sont dans les champs avec leur dress (robes) et les hommes labourent à la main comme dans nos époques antérieures…

Arrivés à Varanasi vers 20h.

Sur la route, on roule à gauche avec le volant à droite, les hindous conduisent avec les feux de route la nuit en face des autres usagers de la route.

La circulation est très dense à Varanasi la nuit, du jamais vu en raison de l’intensité de population sur les routes. La population est encore plus importante qu’à Agra.

A Varanasi, c’était notre 1ere douche chaude !

Souvent les hindous ont besoin de lumière pour dormir, le chauffeur a dormi par terre avec nous dans la même chambre.

9 Janvier 2014 : Varanasi
Sommeil difficile car il faisait froid et Karan le chauffeur claquait les portes en se levant.

Un chauffeur de touc touc nous attendait après le petit déjeuner pour faire le tour des temples à Varanasi.
Tous les temples sont tous dédiés à des dieux spécifiques, on a assisté à des prières et rites hindouistes (colliers de couleurs chaudes en hommage à des dieux comme shiva…).

Visite au temple des singes : il existe le dieu singe où beaucoup se recueillent, à l’entrée du temple des singes sont présents partout.
En se présentant dans ces lieux cultes, on ressent même en tant qu’étranger des énergies positives, une sensation d’apaisement…
les hindous attendent l’ouverture du rideau pour prier leur dieu présent derrière entouré de colliers et fleurs.

Article recommandé :   Voyage en Inde, encore et encore...

Dans certains temples, on nous donne une cuillère d’eau avec des pétales de fleur que tu es censé boire, ensuite nos mains touchent le front et le cœur.

Dans un autre temple, on pouvait admirer 3 dieux, et assister à une gestuelle spirituelle constituant à apposer sur la tête un bâton et on priait le dieu.
On appose ensuite une poudre au front.

Ici, il y a la sensation d’être de vrais vaches à lait dans cette ville (marchands de tapis). On doit ignorer les gens qui nous sollicitent constamment dans les rues.
Ici, en tant que femme, les hindous ne nous regardent pas comme des muses mais plutôt comme des portes monnaies. Ce sentiment est encore plus prononcé ici qu’à Agra.

Nous sommes allés au Gange, nous devions faire semblant de parler anglais car les français sont mal vus dans ce coin.
Dans le Gange, il y avait la présence d’espaces pour brûler les personnes en fin de cycle spirituel.
Etre brûlé dans le Gange était un rite symbolique pour éviter de se faire réincarner selon la religion hindouiste.

En se balladant, on voyait aussi la présence de hauts escaliers et de personnes se baignant pour se laver, nettoyer leurs vêtements et boire.

Sur le bord du Gange nous avons décidé de faire un tour de pirogue : nous devions continuer à parler anglais moi et ma flamme jumelle car le conducteur du bateau nous a réduit le prix du tour en raison de notre langue anglaise parlée, et de Karan (le chauffeur de taxi indien).

Article recommandé :   Voyage Pérou : Paracas

La vue sur le Gange était grandiose, belles associations de couleurs dans les paysages, mélangées au brouillard de l’Inde du Nord.

Balade en ville dans les petites rues étroites même si les gens ne sont pas très ouverts.

En fin de visite, tour de charrette pour revenir à l’hôtel. Il y avait des hommes sur des échasses pour réparer des fils électriques.
C’est excellent de voir encore ces moyens archaïques d’actualité.

Le lendemain midi, on a mangé des bananes, 1 samossa et des petits pois en sauce. C’était très appétissant : vraie variété culinaire en Inde.

On ressent ici qu’on veut presque nous sauter dessus pour avoir de l’argent.
C’est comme de l’hypnose, lorsqu’ils te proposent quelque chose, ils présupposent te l’avoir déjà vendu, c’est pénible.
Tu leur dit que tu n’es pas intéressé et ils te disent « no problème » et reviennent à la charge.

Un singe en hauteur a failli me sauter dessus, attention ça mord.

Rencontre à l’hôtel d’une petite hindou adorable (Lia), on a joué avec son foulard et l’appareil photo.
C’était un moment magique où elle donne une belle leçon de vie, car avec rien elle vit le moment présent et elle est heureuse.

A savoir : quand tu fais un tour de touc touc, le conducteur amène directement le touriste auprès d’un centre d’achat pour te pousser à acheter = c’est la mentalité hindou.
Dès que les hindous rendent service, ils ont besoin de s’assurer que pour nous c’était « good ».

Beaucoup de moustiques la nuit.

porta. mi, Curabitur dolor. non tempus ut felis massa tristique