Pourquoi la PEUR de l’abandon vous empêche de libérer votre esprit

Vous ressentez en ce moment de la colère, beaucoup de colère ? Vous avez tendance à être isolé, agressif et hyperactif ?

Vous ne savez pas pourquoi vous avez toujours du mal à vous ENGAGER dans une RELATION ?

Vous rencontrez toujours la “mauvaise” personne : soit elle est inaccessible, pas libre ou n’éprouve pas un sentiment réciproque. Vous avez du mal à vous FAIRE des amis, à leur faire CONFIANCE. Et si vous souffriez du sentiment d’abandon ?

L’humain est naturellement “programmé” à aimer et être aimé. Tout le monde a fait l’expérience de la séparation à un moment donné de sa vie, mais la façon de la ressentir est propre à chaque individu.

La PEUR de l’abandon apparaît comme traumatisante dès lors que l’expérience de séparation est mal vécue dans l’enfance.

L’enfant est innocent et éprouve le besoin d’être aimé, il réclame de l’attention. Pourtant, cet enfant a rapidement appris que papa et maman n’étaient pas toujours là et disponibles pour lui. Adulte, cela est compréhensible : ils ne pouvaient pas pour différentes raisons.

Cette situation peut être bien vécue si nos proches nous ont appris à nous séparer avec confiance et sérénité. Sinon, un sentiment de frustration et de rejet peut envahir cet enfant : par effet de choc, il va essayer de refouler cette douleur pour se protéger.

Comment identifier un sentiment d’abandon

Prenons un exemple concret. Imaginez la situation suivante : un adulte au sein d’une famille avec une sœur. Cet adulte a toujours du mal à s’engager dans une relation : amoureuse ou amicale.

Un jour, sa famille lui propose à la dernière minute de partir en voyage (la Corse par exemple) : ce dernier ne s’autorise cependant pas à y aller par rapport à son boulot. Et puis, il a déjà pris des vacances peu de temps avant.

Article recommandé :   LoveandVibes : Oh My Gode, une boutique de sextoys XXL !

Soudain, il ne sait pas pourquoi, ses mâchoires deviennent tendues. Au niveau métaphysique, cela signifie qu’il doit lâcher prise sur ses volontés et chercher à moins contrôler. On peut même imaginer que ce manque de souplesse se traduise au niveau de ses articulations.

A force de réfléchir, cet adulte va se rendre compte que cet évènement lui a fait penser à un autre évènement similaire s’étant déroulé plus tôt dans son enfance. Sa sœur est par exemple partie avec ses grands-parents en voyage sans lui (disons la Norvège) à l’âge de 10 ans. Il identifie alors le sentiment d’abandon.

Un effet boule de neige se met progressivement en place : cet adulte réussit finalement à remonter aux premières années de sa vie pour identifier l’élément déclencheur. Sa sœur était déjà partie avec ses grands-parents sans lui en voyage (à Cannes par exemple) étant très petite.

La raison était pourtant simple : cet enfant était plus petit que sa sœur. A chaque fois, ses proches lui disaient qu’il était trop petit en guise de réponse. Un profond sentiment de frustration et d’injustice pourra alors être gravé dans le corps émotionnel de l’enfant. Votre corps sait tout.

Ce traumatisme explique pourquoi l’enfant intérieur blessé manipule l’adulte pour se protéger. L’adulte voudra paraître fort et puissant et donner le sentiment d’être en parfaite santé. Au fond de lui, il restera blessé. Tout ceci est inconscient.

Pour libérer son esprit et ainsi ses émotions, l’adulte devra être courageux et critique envers lui-même. Il devra OSER regarder à l’intérieur de lui et reprendre contact avec cet enfant intérieur. Il devra identifier le problème et replonger dans son enfance, il devra remonter le temps pour retrouver l’élément déclencheur.

Article recommandé :   La rencontre de flammes jumelles

Une fois identifié, il devra ACCEPTER : accepter d’avoir eu ces émotions, accepter l’expérience. Il devra ensuite PARDONNER : se pardonner soi-même et pardonner aux autres.

A ce moment-là, la guérison de l’enfant intérieur a lieu : le sentiment d’abandon laisse ainsi place au sentiment de sécurité affective.

dolor. venenatis non dolor eget eleifend ut Donec Sed sed commodo et,