Voici comment pardonner et pourquoi libérer ses émotions

On a tous vécu des expériences dans la vie qui nous ont fait souffrir : celles-ci étaient toutefois nécessaires pour nous faire grandir et devenir la personne que l’on est aujourd’hui.

Que ce soient des erreurs ou des situations bouleversantes, elles n’ont pas été là par hasard mais pour nous faire apprendre. Des émotions cependant fortes s’en dégagent comme la colère, le sentiment de frustration, d’humiliation, d’abandon ou de rejet. Bref, tout un panel de pensées négatives.

Ces pensées négatives constituent des toxines pour notre corps, elles perturbent notre système énergétique. Il est nécessaire de les nettoyer voire les “effacer” pour purifier nos cellules et mémoires cellulaires.

Souvent, on a du mal à se PARDONNER soi-même ou demander PARDON aux autres par rapport aux actes passés. Au mieux, on arrive à comprendre le pourquoi du comment mais on ne veut pas l’accepter facilement. Pourquoi ?

A cause de nos CROYANCES. Nos croyances nous conditionnent et limitent notre capacité de penser. Elles occultent ainsi notre faculté de discernement. 90% de nos actes sont faits de manière inconsciente et résultent pour la plupart de notre éducation étant enfant.

Jusqu’à l’âge de 7 ans, le cerveau d’un enfant est comme une éponge : il peut absorber une grande capacité d’informations et de connaissances. Le problème ? Cet enfant est innocent, il a ainsi tendance à croire tout ce qu’on lui dit.

Le pardon n’en fait malheureusement pas parti… PARDONNER dans la société actuelle est un acte de faiblesse. La pensée dominante veut que pardonner soit un excès de gentillesse ou de naïveté.

Article recommandé :   La mémoire de l’eau : découvrez comment la pensée influence notre monde

C’est faux. Pardonner est une qualité du fort : il faut en effet beaucoup de COURAGE pour OSER regarder à l’intérieur de soi et savoir se détacher de ses émotions.

Une des raisons principales de ce refus de pardonner vient de la confusion entre COMPRENDRE, ACCEPTER et tolérer.

C’est encore une fois l’égo qui est à l’œuvre et qui nous manipule. ACCEPTER une situation jugée mauvaise revient à la tolérer et donc l’encourager pour l’égo. Il n’en est rien.

On peut comprendre qu’une personne commette par exemple un acte de violence car elle SOUFFRE au fond d’elle-même. On peut aussi l’accepter : c’est à dire ACCEPTER que cette personne SOUFFRE, ACCEPTER que cette personne ait commis une ERREUR, ACCEPTER qu’elle ait fait au mieux au meilleur de sa connaissance, ACCEPTER que tout se déroule selon le plan, ACCEPTER que cette souffrance et cet acte commis étaient nécessaires pour faire évoluer cette personne (et l’autre si il y en a une autre).

On a tendance à se fier facilement aux apparences, pourtant celles-ci sont souvent trompeuses. On peut ainsi voir un agresseur et sa victime dans un cas de viol. On peut aussi voir 2 personnes qui souffrent. Tout dépend du point de vue de l’observateur.

Éprouver de la compassion et ACCEPTER TOUT CE QUI EST, c’est SE PERMETTRE de libérer ses émotions. Pardonner et libérer son esprit, c’est avancer dans la vie et s’épanouir. S’épanouir, c’est réussir.

Je vous invite à lire les livres “Ho’oponopono :Le rituel hawaiien du pardon” et “EFT, technique de libération émotionnelle” pour en savoir plus sur la puissance du pardon. Ils vous aideront à mieux comprendre vos émotions et augmenter votre sérénité.

ipsum ut leo porta. Phasellus quis, luctus quis Aenean ipsum