Formation Steward : et si on s’envoyait en l’air ?

A pas peur

La session de formation théorique s’est parfaitement bien déroulée. Petite anecdote tout de même : j’ai demandé à 90% des femmes qui y étaient si elles étaient célibataires. Ben apparemment non… snif…

J’ai même demandé en vain à la formatrice : elle m’a bien fait comprendre que non puisqu’elle arrêtait pas de me parler de son copain qui était surfeur et blablabla…

Ben quoi, cela vous choque ? J’avais autour de moi un tas d’opportunités, il fallait bien que je saisisse l’occasion non ?

C’était peut-être dû au contexte, va savoir : la formation steward donne des ailes sûrement hihiihi :)

Bref ! J’ai réussi à valider ma session théorique. Il fallait passer la visite médicale pour être déclaré apte à poursuivre la formation et participer aux épreuves pratiques.

Et là, disons que la situation s’est légèrement corsée. Déjà, la visite médicale dure un jour entier. Si si, ce ne sont pas des conneries ! Elle dure vraiment un jour et je peux vous garantir qu’elle commence pas à 10 heures du matin !

Ha, vous avez droit à un check-up complet ! Vous avez même droit à ce qu’une personne vous palpe les bijoux de famille ! Si si, je vous jure, c’est très agréable…

Elle avait lieu dans un hôpital militaire. Bon alors, ça c’était marrant car une infirmière m’a même pris pour un militaire (va savoir pourquoi)

En plus, il fallait y aller à jeun ! Même pas boire ! J’avoue que j’étais légèrement frustré…. pas manger et pas boire, l’instinct de survie le fait savoir.

Pour être tout à fait honnête, je n’aime pas non plus tout ce qui a trait de près ou de loin aux hôpitaux : j’ai la chance d’être toujours en PARFAITE santé. Je n’ai AUCUN médecin traitant, ni AUCUNE mutuelle. (ce qui connaissent La Méthode savent pourquoi…)

Article recommandé :   Voici comment se préparer au concours pompiers

Bon, je vous passe les détails. Toujours est-il qu’au cours de cette FAMEUSE visite médicale, il m’ont diagnostiqué un trouble de la vision binoculaire lié au relief et un nodule kystique bénin.

Ok, j’avoue : à l’époque, j’étais légèrement nerveux. Depuis, je n’ai bien sûr plus ce truc là dans ma gorge puisque j’ai travaillé dessus.

Et ben vous savez quoi ? A cause de ce nodule kystique, j’ai reçu un magnifique courrier de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) qui m’ déclaré INAPTE pour la session pratique. Vous savez ce que me suis dit ?

QUOI ??? COMMENT ??? Mais t’as cracké ton slip ou quoi ???

La prochaine session pratique était dans 1 mois et les filles de ma formation comptaient y participer. Je ne pouvais pas me PERMETTRE de louper cela ! Non, non, non ! Au diable la varice !

J’ai donc réservé une chambre d’hôtel avec ces charmantes et délicieuses demoiselles : à un moment donné, il faut pas déconner non plus. J’étais le seul mec à avoir l’immense honneur de pouvoir dormir avec plus de 4 filles dans la même chambre. Et oui, l’homme a ses faiblesses…

Bien sûr, tout le monde m’a pris pour un taré (j’ai l’habitude à force) : pourquoi réserver alors que tu n’es même pas sûr d’y aller ?

Quand on veut, on peut

Et c’est exactement ce point que je voudrais vraiment vous faire comprendre. Pour eux (les autres), il n’y avait aucune certitude.

Pour moi, c’était tout le contraire. J’étais sûr à 100% de pouvoir y aller. Comment, je ne le savais pas encore. Mais, j’étais sûr du résultat. J’étais déterminé.

Article recommandé :   Un weekend insolite dans un hôtel romantique à New York, ça vous dit ?

Je n’ai même pas envisagé une SEULE seconde la possibilité de refus. J’ai donc fermement décidé que j’allais balayer d’un revers de la main tous les obstacles qui aller se présenter sur mon chemin.

Je suis donc allé voir des spécialistes qui ont tenté de m’opérer. Ils essayaient de m’injecter leur aiguille dans ma gorge pour supprimer le liquide visqueux contenu dans ce nodule.

Le problème est, qu’à chaque fois, toutes les aiguilles se bouchaient. Donc, rebelote, la musique a duré plusieurs refrains.

Le énième spécialiste a tenté de passer au cran au-dessus : il a carrément utilisé une aiguille géante. Je sais pas si c’est la même qu’on utilise pour les césariennes mais, celle-là, elle était vraiment énorme !

Et vas-y que j’essaye de t’aspirer : pour vous décrire la sensation que l’on éprouve, imaginez que l’on introduit un aspirateur dans votre gorge. Pas très agréable n’est-ce pas ?

Toujours est-il que cette énorme aiguille s’est elle aussi bouchée. Bon ok, j’avoue : j’ai peut-être fait en sorte que cela se produise. Je ne permettais pas qu’un corps étranger s’introduise dans mon corps. Non mais !

A ce moment-là, j’ai dis : bon les gars, on arrête les conneries ! Vous laissez ma gorge tranquille maintenant !

J’ai donc envoyé un gentil courrier à la DGAC leur expliquant le fond de ma pensée. En gros, j’ai tenté de leur expliquer que leurs pseudos test ne fonctionnaient pas sur moi et que j’étais en parfaite santé.

Donc, qu’il arrêtent de m’embêter avec ceci, qu’il me déclare APTE tout de suite pour que je participe à la session pratique.

Article recommandé :   Voici comment en finir avec la peur

Ben, vous savez quoi ? Bizarrement, ils ont fini par me déclarer APTE. J’ai eu la chance de recevoir le courrier quelque jours avant seulement de partir à Paris.

Certains diront que le “hasard” fait bien les choses. Pour moi, c’est sûr, il ne pouvait en être autrement.J’étais déterminé.

Au final, je crois que la DGAC s’en foutait royalement de l’issue de ces tests. Ce qu’elle souhaitait voir, c’était la MOTIVATION du candidat.

Bien sûr, j’ai obtenu mon certificat de session pratique. C’était d’ailleurs une très bonne expérience. Très intensive.

J’ai eu la chance de tomber EXACTEMENT sur ce que je voulais le jour de l’examen.

Je vous passe les détails mais ce que je voulais vous dire à travers ce billet, c’est que la détermination est capable de soulever des montagnes. Tout est possible. Absolument tout.

Vous souhaitez DOPER votre motivation ? Être déterminé comme jamais auparavant ? Téléchargez la méthode ICI et maintenant, TOUT DE SUITE.

Donec libero. Donec justo neque. pulvinar Praesent quis