Fais pas ci, fais pas ça

J’ai découvert récemment la série télévisée “fais pas ci, fais pas ça“, qui est une comédie inspirée de faits réels vécus chaque jour par des millions de parents et d’enfants.

C’est vraiment trop marrant ! Déjà, j’adore le générique :) C’est bien sûr un remake de la publicité pour la marque de vêtements “Petit Bateau”.

Au-delà de cet aspect ludique, car c’est vrai que la forme est très bien tournée, le fond est intéressant. Il met en scène des moments de la vie quotidienne au sine d’une famille.

Quand je vois l’éducation enseignée par les parents aux enfants, je me dis : mais où est la place de l’enfant ? Les enfants ont-ils réellement leur place ou plutôt leur mot à dire ?

Pourquoi un enfant n’aurait-il pas le droit de revendiquer une idée si il estime que celle-ci ne lui convient pas ? Pourquoi n’aurait il pas droit à l’expression ? Pourquoi doit-il toujours se conformer au choix des parents ?

Quand un parent n’écoute pas un enfant, où est le respect ? Quand un parent ne demande pas à un enfant s’il est disponible, où est le respect ?

Quand un parent ne respecte pas les besoins de son enfant, où est le respect ? Pourquoi ce serait toujours aux enfants de subir les sauts d’humeurs des parents ?

Si les parents ont passé une mauvaise journée au boulot, ou s’ils s’emmerdent royalement dans leur métier, est-ce normal de déverser leur poison émotionnel sur l’enfant ?

La notion de limite aussi est intéressante. Pourquoi toujours vouloir imposer des limites à un enfant ? Pour l’éduquer, le protéger, et se faire respecter me direz-vous, n’est-ce pas ?

Article recommandé :   NSA : 4 révélations confidentielles sur les dessous cachés de la guerre numérique

Je sais pas vous, mais moi, quand j’entends : fais pas ci, fais pas ça, va au lit, brosse toi les dents, couche-toi, tais-toi, mange etc… j’ai l’impression qu’on est en train de dresser un chien.

Punir et récompenser votre enfant dans le but de le protéger est une preuve d’amour pour vous, parent ? Le véritable amour, ce n’est pas ce que l’on croît.

Au final, quel est la différence entre le dressage d’animaux et l’éducation d’enfants, si ce n’est l’apparence ? Ça vous choque de comparer un enfant à un animal ? Moi, ce qui me choque, c’est la non-reconnaissance de cette réalité.

Croyez-vous vraiment qu’en lui projetant votre propre peur, vous aidez votre enfant à se construire ? Car oui, que vous le vouliez ou non, vous projetez votre propre peur sur votre enfant.

Quand un enfant s’amuse, le parent a toujours peur qu’il se fasse mal alors il le surprotège. Bien sûr que c’est normal de protéger son enfant, c’est le rôle des parents. Mais pas de cette façon-là.

Voici l’exemple le plus frappant pour vous montrer à quel point le phénomène de mimétisme existe chez l’enfant. Une mère a peur de l’ouverture d’une bouteille de champagne. Elle ne sait pas pourquoi mais c’est comme ça. Donc, elle se bouche les oreilles à chaque ouverture de bouteille et se crispe, elle est tendue.

Cette mère a une fille, qui elle aussi, a EXACTEMENT la même peur. Demandez-lui pourquoi elle éprouve cette peur. Soit elle sera INCAPABLE de répondre, soit elle vous dira “parce que ma mère a peur”.

Article recommandé :   Stress au travail : Patrons, foutez la paix à vos employés

Croyez-vous réellement que la surprotection d’un enfant va l’aider à développer la confiance en soi ?

Regardez un reportage animalier. Observez comment se comporte une lionne avec ses petits. Elle les laisse expérimenter. Elle les laisse faire des erreurs, car elle sait que l’erreur est nécessaire à l’apprentissage. Elle les surveille cependant tout le temps et veille au grain, pour intervenir en cas de besoin. Si un danger se présente.
Le danger ici signifie risque de survie.

Le problème est que dans la société actuelle, le mot danger ne veut plus rien dire. Celui-ci est LARGEMENT exagéré. Si un enfant risque de se cogner, il est danger. S’il risque de tomber, il est en danger.

Sans déconner, foutez-lui la paix à ce gamin ! Laissez-le respirer. Toute la subtilité consiste à faire croire à l’enfant qu’il est libre d’expérimenter, tout en restant sur le qui-vive.

ut ut ipsum ut fringilla amet, quis pulvinar libero. consequat.